Calendrier de l’avent

Il y a mieux que de saisir votre mot clé directement dans la barre de recherche Google et parcourir les pages de résultats à la recherche de votre site web.La position d'un site web dans les moteurs de recherche peut varier d'un jour à l'autre selon la position géographique de l'internaute ou encore son historique de navigation. Afin d'avoir des données fiables, neutres et stables dans le temps, découvrez une liste non exhaustive d'outils pour suivre la position naturelle de votre site web dans Google sur les mots clés qui correspondent à votre activité.La recherche manuelle : peut convenir aux petits budgets et pour le suivi de quelques mots clés. Veillez à utiliser un navigateur que vous utilisez peu et à être déconnecté(e) de votre compte Google. Une solution rapide serait d'utiliser Startpage.com, un moteur de recherche confidentiel basé sur l'algorithme de référencement de Google. Google Search Console : dans l'onglet Trafic de recherche > Analyse de la recherche, découvrez les mots clés sur lesquels ressort votre site dans Google et sa position pour chacun d'entre eux. Gratuit, il faut cependant avoir validé votre site dans Search Console. Wordtail : outil simple pour pouvoir suivre à moindre coût la position de vos mots clés dans les moteurs de recherche. Monitorank : un outil frenchy dédié au suivi de vos mots clés. Le paiement est modulable au mot clé près. Idéal pour ceux qui prennent le référencement naturel au sérieux mais n'ont pas forcément le budget pour les outils qui vont avec. SEMrush : le suivi de votre positionnement naturel est un outil parmi de nombreux à disposition. Le petit plus ? Les changements de l'algorithme de Google sont indiqués directement dans l'outil pour mieux comprendre les variations de positionnement. Myposeo : outil dédié au suivi de vos mots clés pour le référencement naturel et payant. Convient aux entreprises ayant mis en place une vraie stratégie de référencement naturel.Selon votre besoin de suivi, l'un de ces outils y répond forcément !...
Pensez expérience utilisateur !Suite à une refonte, le taux de conversion du site e-commerce en question ne s'était guère amélioré. Le nouveau site était cependant plus beau, plus clair et mieux adapté à la lecture sur mobile que le précédent. Lors d'un audit ergonomique, plus de 40 barrières à l'achat ont été soulevées. Découvrez ci-après les 10 principales et comment ce client est passé d'un taux de conversion de 1,94% à 2,49% et a vu une augmentation de 33,75% de son chiffre d'affaires.Sur le catalogue du site : Le guide des tailles : trop éloigné du sélectionneur de taille, les internautes hésitaient longtemps entre plusieurs tailles avant d'abandonner le site par peur de se tromper. Les filtres : une catégorie pouvant contenir plusieurs typologies de produits, les filtres s'accumulaient inutilement, laissant l'internaute perplexe. La barre de recherche du site : mal paramétrée, elle ne renvoyait pas tous les résultats de produits.Sur la page produit : Mauvais appel à l'action : l'appel à l'action le plus visible de la page consistait à comparer le produit avec un autre, au lieu d'inciter à l'achat. Les produits en lien : trop éloignés du produit présenté sur la page, les produits en lien ne venaient pas augmenter le panier moyen.Dans le tunnel d'achat : Les messages d'erreur : mal traduits ou juste incompréhensibles, l'internaute ne réussissait pas à corriger ses erreurs. Les nombreux appels à l'action : alors que le tunnel d'achat devrait principalement inciter l'internaute à continuer son parcours, chaque étape comprenait énormément d'appels à l'action, rendant l'internaute confus (revoir les produits sélectionnés, accéder à la page précédente, payer, payer en 3 fois, changer l'adresse, etc). L'affichage des moyens de paiement : les images présentant les moyens de paiement semblaient être cliquables, laissant donc l'internaute penser qu'il y avait un bug alors que le choix se faisait à l'étape d'après.Sur le site de manière générale :Les standards du e-commerce : les politiques de retour, d'échange, de livraison ou encore le service client n'étaient pas assez mis en avant, laissant l'internaute penser que les potentielles complications seraient dures à gérer. Les avis clients : aucun avis client n'apparaissait sur le site afin de conforter l'internaute sur son choix de e-commerçant et de produit.La correction de l'ensemble de ces éléments a progressivement été réalisée sur le site, permettant aujourd'hui d'atteindre un taux de conversion supérieur à la moyenne du secteur.  ...
Faites venir les clients à vous ! Que signifie cette expression ? L’inbound marketing s’oppose à l’outbound marketing. Le 1er désigne une méthode marketing consistant à attirer les clients vers soi contrairement au second qui désigne une méthode marketing plus traditionnelle qui consiste à toucher le plus grand nombre de personnes possible pour les attirer vers soi.Une stratégie d’inbound marketing se décompose en 4 étapes : attirer, convertir, conclure, et fidéliser.ATTIRER : Pour attirer, vous devrez travailler votre contenu (que ce soit sur un blog, sur les réseaux sociaux, etc). Il faut que celui-ci soit de qualité pour attirer l’attention des visiteurs. CONVERTIR : Le design, l’expérience utilisateur, les appels à l’action sont autant d’éléments à soigner pour ensuite convertir le visiteur en prospect et donc générer des leads. CONCLURE : Une fois ces leads créés, le but est est de les transformer en clients. Ici, le côté commercial et relationnel peut entrer en jeu, notamment au travers d’e-mails. FIDÉLISER : Enfin, il faut ensuite fidéliser le client, et cela passe par un contenu et une actualité intéressante. Le client ne doit pas se lasser de vos contenus, il doit toujours avoir le sentiment d’apprendre quelque chose.Si votre stratégie est plutôt tournée outbound marketing et que vous souhaitez passer à de l'inbound marketing, le webmarketing est incontournable. Si vous avez besoin d'accompagnement, nous serions ravis de vous aider !...
Car les mythes ont bon train, même en dehors des fêtes de fin d'année. Nous espérons que vous avez passé un agréable Noël. Pour cette 25ème et dernière astuce de notre Calendrier de l'Avent, nous avons décortiqué pour vous 7 mythes liés au webmarketing. Les voici :"Le meilleur horaire pour poster sur Facebook, c'est le mercredi à 15h." : Tout dépend de votre communauté ! Même si ces études peuvent vous être utiles, elles ne doivent pas être prises au pied de la lettre. L'onglet "statistiques" de votre page Facebook est par exemple un bien meilleur allié dans ces décisions. "Les réseaux sociaux influencent mon référencement naturel." : Une présence sur les réseaux sociaux influence positivement votre référencement naturel dans le sens où ils sont des leviers d'acquisition de trafic sur votre site. Il n'y a pas d'autre lien direct établi entre les réseaux sociaux et le référencement naturel à ce jour. "Avec Google AdWords, je m'assure la 1ère place sur Google." : Il est très rare de pouvoir garantir la 1ère place systématique sur Google, même avec Google AdWords. En effet, le positionnement de votre annonce dépend de nombreux critères (dont la concurrence) et est recalculé lors de chaque enchère. "Un clic sur mon annonce Google Shopping coûte plus cher que mon annonce AdWords classique." : Le Coût Par Clic de votre campagne Shopping n'est pas systématiquement supérieur au Coût Par Clic de votre campagne AdWords textuelle. Comme pour toute campagne AdWords, le Coût Par Clic de vos annonces Shopping est défini par de nombreux critères et est recalculé lors de chaque enchère. "Les témoignages sur mon site sont inutiles car ils sonnent faux." : Les témoignages clients font partie des éléments de réassurance les plus courants sur un site web. Ainsi, un témoignage bien construit et des détails sur le client en question ne peuvent que jouer en votre faveur (photo, nom, profession, etc). "Avec mon logiciel de mailing, je suis assuré(e) de ne jamais tomber en spam." : Aucun logiciel de mailing ne peut vous assurer de ne jamais tomber en spam. Afin d'optimiser votre délivrabilité, vous pouvez cependant sécuriser et certifier les envois de mails en ajoutant certains enregistrements au niveau de votre nom de domaine. "Quand un prospect m'appelle, je ne sais pas grâce à quelle campagne marketing cette prise de contact a lieu" : La solution réside dans le call tracking, qui est une technique pour tracer tous les appels provenant des différents canaux de communication de vos campagnes publicitaires, et qui vous propose des rapports statistiques pour analyser ces résultats. Ainsi, vous pourrez facilement avoir une idée de votre ROI.Nous espérons que les astuces de notre Calendrier de l'Avent vous auront permis de glaner quelques informations pour votre stratégie webmarketing. Si vous souhaitez nous glisser un petit mot, c'est par ici. Sinon, à l'année prochaine !...