Calendrier de l’avent

Des titres accrocheurs sans être racoleurs.Les titres jouent un rôle extrêmement important en webmarketing car ils incitent l'internaute à se rendre sur votre site web ou encore à ouvrir votre newsletter. On les retrouve par exemple :dans les articles de blog dans les résultats des moteurs de recherche dans les liens partagés sur les réseaux sociaux dans les objets de newsletters/mailingsL'Agence Adverti a ainsi listé 10 techniques qui peuvent vous aider à rédiger des titres percutants, qui vont éveiller la curiosité des internautes sans remettre en doute votre professionnalisme :La liste : 10 choses à savoir sur Facebook Dévoiler des secrets : Les 5 facteurs peu connus sur le succès de Facebook Les titres pour arriver à la hauteur de quelque chose / quelqu’un : Les 10 conseils de Mark Zuckerberg pour votre startup Les questions : Pouvons-nous réellement avoir confiance en Facebook ? La provocation : Pourquoi Facebook n’a aucun intérêt "Comment" : Comment créer une startup à succès L’avertissement : Comment se protéger contre le piratage Résoudre un problème : Comment prendre le contrôle de votre e-réputation Les erreurs à ne pas commettre : Les 3 choses à ne pas faire sur Facebook Le besoin vital : Les 5 outils indispensables pour gérer une page FacebookLa prochaine étape est de vous assurer que le contenu vers lequel vous renvoyez est à forte valeur ajoutée !...
Car non, le référencement naturel ce n'est pas apparaître dans Google sur son nom de marque. Le référencement naturel (également appelé SEO) comprend un ensemble de techniques visant à améliorer la visibilité de votre site web sur les moteurs de recherche. L'objectif est alors de réussir à positionner les pages de votre site web dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche (tels que Google, Bing, Qwant, etc) sur des termes qui correspondent à votre activité/produit/service.Les critères de référencement pris en compte par les moteurs de recherche sont souvent les mêmes, avec un poids différent accordé à chacun d'entre eux selon le moteur de recherche. Nous pouvons diviser ces critères en trois grandes catégories pour mieux les cerner :La partie technique de votre site : car rien ne doit empêcher Google de passer sur votre site, ni même le ralentir quand il le fait. Nous parlons ici de critères tels que : un site web responsive, un temps de chargement rapide, des URL bien faites, le HTTPS mis en place ou encore une pagination correctement travaillée. La partie rédactionnelle de votre site : Google aime le contenu et ne s'en cache pas. Il a non seulement besoin de trouver des mots clés qui décrivent votre produit/service dans vos pages mais aussi tout un champ lexical qui s'y réfère. Les balises de type <title>, <hn> ou encore <strong>  sont également des éléments à prendre en compte lors de votre travail rédactionnel car Google y accorde davantage d'importance que le simple texte. Côté images, pensez également aux balises alt ! Les liens externes qui pointent vers votre site : Google fait confiance aux sites qui vous font confiance. Ainsi, les liens d'autres sites web qui pointent vers le vôtre jouent un rôle aux yeux de Google. D'autant plus si les sites en question sont populaires et abordent votre thématique !Afin de vous mâcher le travail, tous ces critères peuvent être vérifiés à l'aide de crawlers, mais nous aurons l'occasion d'en reparler...
Idéal pour les e-commerçants. Facebook permet à tout e-commerçant d'enregistrer gratuitement son catalogue produits directement sur le réseau social. L'internaute qui prend contact avec vous ou qui se rend sur votre site web est donc un visiteur avec une forte intention d'achat. Pourquoi s'intéresser à la boutique Facebook ?Une boutique Facebook permet à vos produits de gagner en visibilité sur le réseau social (grâce à un onglet "Boutique" sur votre page, de la publicité dédiée à votre boutique, des produits tagués directement au sein de vos publications, etc). Lorsque vous partagez le lien d'une fiche produit sur votre page, celle-ci comprend alors une description, une photo, le prix ainsi qu’un bouton d’appel à l’action que vous aurez choisi.  Mettre en place une boutique Facebook ne requiert aucune compétence technique, si ce n'est un peu de temps devant soi. Actuellement en test aux Etats-Unis, Facebook prévoit de généraliser le paiement en ligne directement depuis le réseau social. Autant être prêt(e) !Comment s'y prendre ?La première étape consiste à ajouter l'onglet "Boutique" directement depuis "Paramètres" > "Modifier la page". Acceptez les Conditions Générales d'Utilisation. Choisissez l'appel à l'action que vous préférez : "Envoyer un message" ou "Acheter sur le site web" Choisissez la devise (attention, vous ne pourrez plus la changer par la suite!) Cliquez sur "Ajouter des produits" et remplissez les informations requises : noms des produits, descriptions, prix, promotions, photos/vidéos, liens vers votre site, etc. Sachez que vous pourrez également créer des collections de produits. A noter que vos produits doivent être validés par Facebook afin d'être visibles par les internautes. Enfin, une fois votre boutique créée et vos produits enregistrés, vous pourrez accéder aux statistiques de consultations et de clics pour chacun de ces produits. Vous pourrez également retrouver les statistiques globales de votre boutique en vous rendant sur l’onglet “statistiques” de votre page. ...
Prenez des décisions basées sur des données fiables.  Google Analytics est un outil gratuit proposé par Google qui vous permet, entre autres, de découvrir d'où viennent vos visiteurs et de pouvoir évaluer la qualité de votre trafic. Deux notions sont alors à distinguer correctement dans Google Analytics : le support et la source.La source : l'origine précise du trafic (ex : "Facebook") Le support : la catégorie générale de la source (ex pour Facebook : "social")Alors que les sources sont infinies, les supports se limitent à :La publicité payante ("paid search") : votre trafic issu de Google AdWords par défaut, mais aussi d'autres moteurs de recherche ou d'autres plateformes de publicité en ligne si vous les paramétrez La recherche naturelle ("organic search") : votre trafic issu des résultats naturels de Google et d'autres moteurs de recherche populaires (Bing, Yandex, etc) Le trafic direct ("direct") : les visiteurs qui ont directement tapé votre nom de domaine dans leur barre de recherche ou qui ont accédé à votre site depuis leurs favoris Les sites référents ("referral") : le trafic issu de sites tiers qui pointent vers le vôtre (ex : les Pages Jaunes) Les réseaux sociaux ("social") : le trafic issu de vos réseaux sociaux L'e-mail ("email") : le trafic issu de clients de messagerie (ex : des personnes qui ont reçu le lien de votre site par e-mail ou les personnes ayant reçu votre mailing/newsletter) Le display ("display") : le trafic issu de vos publicités sous forme de bannières Autres ("other") : le trafic dont Google n'arrive pas à définir ni la source ni le supportPour chacun de ces supports, Google Analytics est capable d'indiquer le nombre de visiteurs et de sessions, mais aussi le nombre de pages vues, le temps passé sur le site, le taux de rebond ou encore le nombre d'objectifs atteints par source/support (prises de contact, demandes de devis, achats, visionnages de vidéos, téléchargements de PDF, etc). Ces données vous permettront d'évaluer la qualité du trafic afin de pouvoir prendre des décisions plus éclairées quant à la répartition de vos moyens humains et de votre budget publicitaire.A noter que les objectifs sont à paramétrer manuellement et que certains supports sont mal affectés par défaut par Google Analytics (ex : Qwant, Lilo et DuckDuckGo sont par exemples comptés comme des sites référents alors qu'il s'agit de trafic naturel, de même pour les newsletters envoyées via Sendinblue qui par défaut remontent comme sites référents au lieu de "email"). N'hésitez pas à vous renseigner sur la création de filtres avancés afin de résoudre ces problèmes !...
Un format Facebook au service de votre image de marque et de votre notoriété.Le format Instant Experience (anciennement Canvas) est un format publicitaire proposé par Facebook, lisible uniquement sur mobile. Le concept est simple : au clic de l'internaute sur votre publicité, une expérience plein écran est déclenchée, le plongeant dans l'univers de votre marque. L'expérience immersive permet de raconter une histoire et de solliciter l'internaute à interagir avec votre contenu : idéal pour travailler votre image de marque et développer votre notoriété. Pour faciliter l'utilisation de ce format par les annonceurs, Facebook met à disposition un outil intuitif avec des modèles d'Instant Experiences pré-conçus et a su limiter le nombre d'exigences techniques liées à la création de la publicité.Ainsi, au sein de votre Instant Experience, vous pourrez insérer :des textes des vidéos des photos des carrouselsVous pourrez également :ajouter des appels à l’action (il en existe de nombreux) encourager l'internaute à interagir avec votre contenu par le biais de mouvements (ex : swiper vers la droite, etc) identifier vos produitsPour découvrir un exemple d'Instant Experiences, nous vous donnons rendez-vous sur cette page !...
Laissez un robot vous indiquer les optimisations à réaliser sur votre site web.Et si un outil pouvait vous aider à détecter les axes d’amélioration de votre site web pour le référencement naturel ? Cet outil existe et c'est ce que l'on appelle un crawler. De base, un crawler est un logiciel robot qui permet d'explorer des sites web et même des moteurs de recherche. En tant qu'agence webmarketing, nous utilisons un crawler développé sur-mesure pour nos clients visant à optimiser la partie technique et rédactionnelle de leur site web. Sont alors passés en revue des critères tels que :la construction des URL les balises (alternate hreflang, canonical, alt, hn, title, meta-description, etc) la pagination la profondeur des pages les liens brisés le temps de réponse le poids de la page l'open graph ou encore les Twitter CardsAlors que ce crawler sera disponible au grand public dès le printemps 2018, l'Agence Adverti vous propose de bénéficier d'un accès gratuit et en avant-première dès janvier. N'hésitez pas à vous inscrire !...
Car non, votre positionnement dans Google Ads ne dépend pas que du prix que vous êtes prêt à payer pour le clic d'un internaute vers votre site web.Le niveau de qualité, également appelé Quality Score, est une note de 1 à 10 attribuée par Google pour chacun des mots clés que vous réservez dans Google Ads. A chaque fois qu'une requête internaute matche avec l'un des mots clés que vous avez réservés, cette note entre en jeu dans un système d'enchères afin de déterminer la position de votre annonce. Un bon niveau de qualité peut permettre :de payer moins cher le clic d'un internaute vers votre site web d'être mieux positionné que vos concurrents alors qu'ils sont potentiellement prêts à payer plus cher au Coût Par Clic que vousLes critères qui composent le niveau de qualité sont :la cohérence entre la requête de l'internaute, le mot clé réservé, l'annonce affichée et la page vers laquelle l'internaute est renvoyée la convivialité de la page de destination (temps de chargement de la page, site responsive, coordonnées facilement trouvables, etc) le taux de clics attendu sur l'annonce (d'où l'importance d'insérer les mots clés dans l'annonce et d'ajouter des extensions!)Afin d'avoir une idée du niveau de qualité de vos mots clés, mais également de tous les critères qui le composent, il faut ajouter les colonnes correspondantes dans votre interface Google Ads. N'oubliez pas, plus votre note approche de 10, mieux c'est !...
"Ma newsletter ? Je l'envoie quand elle est finie."Vous êtes adepte de l’envoi de newsletters et de mailings ? Le jour et l’horaire d'envoi sont importants car ils influencent votre taux d’ouverture. Chaque secteur d’activité est différent et chaque cible ayant des habitudes de consommation différentes, il n’existe pas d’horaire parfait qui puisse correspondre à toutes les entreprises. En revanche, voici trois pistes pour vous aider à envoyer votre newsletter/mailing au meilleur moment :1. Mettez-vous à la place de votre cibleQuelle est l'heure à laquelle votre cible se connecte le plus ? À quoi ressemble la routine quotidienne de votre audience ? Que fait la concurrence ? A quel(s) moment(s) de la semaine et de la journée y a-t’il le plus de ventes / prises de contact sur votre site web ?Adaptez vos envois en fonction des réponses obtenues.  2. Essayez les horaires les plus réputésDe nombreuses études réalisées par des logiciels d'e-mailing évoquent les meilleurs jours et horaires d'envoi. Voici un récapitulatif des résultats pour les entreprises en B2C :le mardi, mercredi et jeudi ont un meilleur taux d'ouverture que le reste de la semaine dans le secteur e-commerce, le vendredi générerait davantage d'achats et le samedi est un jour à tester le taux d'ouverture serait meilleur à 10h, 20h et 14hQuant aux entreprises en B2B :les meilleurs jours seraient également le mardi, mercredi et jeudi le taux d'ouverture serait meilleur à 9h et à 15h le matin tôt et la fin d'après-midi sont de bons horaires pour une cible composée de cadres3. Faites de l'AB testingVous pouvez également faire de l'A/B testing afin d’analyser les horaires qui fonctionnent le mieux. Pour cela, scindez votre base de données en deux groupes équivalents, puis envoyez votre e-mail au groupe 1 à une première heure, puis au groupe 2 à une autre heure. Les statistiques de chaque groupe vous permettront de déterminer l'heure à laquelle votre e-mail a eu le plus de succès. ...